Des boules de cire à l'écoute de toutes les oreilles - Quies, un centenaire qui va faire du bruit

Des boules de cire à l'écoute de toutes les oreillesQuies, un centenaire qui va faire du bruit

Christine Nicolet
| 08.02.2018

La mythique boule rose voit le jour il y a tout juste cent ans grâce à un pharmacien parisien qui met au point une « sourdine » à base de cire naturelle et de coton. Au fil des générations l'entreprise familiale va se forger une notoriété et devenir un géant de la sphère auditive en France et à l'international.

  • Quies
  • Quies avec l'encadré

L'histoire de Quies est étroitement liée à la genèse de son produit iconique pour se protéger des nuisances sonores et s'isoler du bruit. Le savoir-faire et l'expertise des créateurs des premières boules se sont transmis d'une génération à l'autre et le produit s'est rapidement distingué pour ses qualités d'hygiène et de sécurité. La cire totalement inerte empêche tout développement bactérien, d’autre part, elle intègre une part de coton qui évite au matériau de se déliter dans l’oreille,...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ROSP

À la Une ROSP 2017 : ce qu'elles rapportent vraiment Abonné

Substitution générique, accompagnement des asthmatiques, suivi des patients sous anticoagulants : plusieurs missions justifient une rémunération complémentaire à celle de la marge commerciale et des honoraires. Mais combien ces rémunérations sur objectifs de santé publique (ROSP) rapportent-elles, en moyenne, aux pharmaciens ? Commenter

Partenaires