Témoignage - Le jour où j'ai vacciné mon premier client

TémoignageLe jour où j'ai vacciné mon premier client

Anne-Gaëlle Moulun
| 26.12.2017

Autorisés à vacciner dans le cadre de la campagne antigrippale, les pharmaciens de Rhône-Alpes se souviennent de leur première fois. Entre peur de faire mal et soulagement du geste bien fait, paroles de grands débutants…

  • Quand il faut y aller…

« Le premier patient que j'ai vacciné, c'était un monsieur de 68 ans, se souvient Véronique Simard, titulaire à Lyon. Pour le premier, il y a toujours un peu d'appréhension, mais pas tant que ça. J'espérais juste que je n'allais pas lui faire mal. En plus je n'aime pas les piqûres, je n'aurais pas pu faire infirmière ! Mais heureusement, ce ne sont pas des aiguilles très longues et nous nous étions entraînés à faire le geste plusieurs fois pendant la formation, sur des coussins gélatineux censés représenter un bras. Finalement, le geste s'est bien passé et le plus compliqué a été de convaincre le patient de rester pour les 15 minutes d'observation à la fin de la vaccination ! »

Pour Cécile Coulardeau, adjointe à la pharmacie Martin-Pinel à Pont-de-Cheruy, son premier client c'était… son titulaire ! « Tout s'est bien passé, il n'a pas eu mal, assure-t-elle. Il faut dire que nous nous étions bien entraînés à la faculté avec des bras en plastique ornés de sortes de brassards de peau à accrocher autour du bras. Au début j'avais une petite appréhension, mais pas énorme, car nous étions bien formés et bien préparés », commente-t-elle.

De son côté, Guillaume Davier, adjoint à la Grande pharmacie de la Vallée à Salais-sur-Sanne en Isère se souvient de ses deux premiers clients, un couple qui avait appris par les médias la possibilité de se faire vacciner contre la grippe en pharmacie. « Ils sont venus le 6 octobre, le premier jour de la campagne, raconte-t-il. Pour limiter l'appréhension, tout était préparé à l'avance : tout le matériel était prêt, comme ça il n'y a pas eu de surprise pendant la vaccination. Ma plus grande crainte, c'était d'avoir un geste maladroit et de me piquer moi-même. Le geste vaccinal en soi n'était pas quelque chose qui me faisait peur. Finalement, ça s'est bien passé pour ces deux premiers patient et ça n'a pas été douloureux pour eux. » Un premier succès suivi par de nombreux autres, puisque depuis, avec son collègue, ils ont déjà effectué plus de 130 vaccinations !

Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Croix pharmacie

Gardes : l’indemnité d'astreinte passe à 175 euros

L'indemnité d'astreinte des gardes des pharmacies d'officine, pour les nuits, les dimanches et les jours fériés, passe de 150 à 175 euros. Cette augmentation, actée par l'avenant n° 11 de la convention, se fait en deux temps :... Commenter

Partenaires