Risque cardiovasculaire - Il n’y a pas de faible consommation

Risque cardiovasculaireIl n’y a pas de faible consommation

Dr Nathalie Szapiro
| 23.11.2017

Tendance, la simple réduction du tabagisme, sans arrêt total, n’est pas la bonne stratégie pour réduire efficacement le risque cardiovasculaire. Explications du Pr Daniel Thomas (hôpital La Pitié-Salpêtrière, Paris).

  • plaque d'athérome

Une minorité de fumeurs consomme peu et de façon intermittente : ces patients ne sont pas dépendants à la nicotine et ne présentent pas non plus d'addiction comportementale. Bien qu'ils se croient à l'abri, des études ont montré qu'ils encouraient des risques importants sur le plan cardiovasculaire. Pour preuve, même ceux qui ne fument pas mais sont soumis au tabagisme d'un proche (tabagisme passif) encourent un risque cardiovasculaire accru de 25 à 30 %. « Pour autant, ces...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
equilibre

À la Une Accord CNAM : compromis ou trahison ? Abonné

L'assurance-maladie et les syndicats de pharmaciens jouent les funambules dans les négociations conventionnelles qui viennent de se rouvrir. Car tout est affaire d'équilibre entre la CNAM, qui cherche à récupérer un « trop perçu » par les pharmaciens, et les syndicats aux intérêts divergents. Alors que la FSPF refuse tout compromis qui ne permettrait pas au réseau officinal de recouvrir son... 14

Partenaires