Mobilité du « membre fantôme » - Améliorer la commande des prothèses

Mobilité du « membre fantôme »Améliorer la commande des prothèses

Hélia Hakimi-Prévot
| 05.10.2017

Presque trois quarts des personnes amputées d’un membre supérieur affirment être capables de bouger leur « membre fantôme » alors même qu’il a disparu. Cette mobilité, longtemps tabou, permettra potentiellement à l’avenir d’améliorer l’utilisation des prothèses..

  • prothèse du bras

Phénomène courant à la suite d’une amputation, le membre fantôme correspond à l’illusion de la persistance de la présence du membre amputé : 9 amputés sur 10 en font l’expérience. Ce membre fantôme est souvent associé à la douleur physique, réaliste et parfois très vive, que ressentent les amputés au niveau ce membre, qu'ils n'ont pourtant plus. Néanmoins, beaucoup de personnes amputées ressentent la présence de leur membre disparu sans souffrir de douleurs. De fait, le cerveau...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
LEEM

Les entreprises du médicament veulent renouer avec les pharmaciens

Le LEEM, organisation professionnelle des entreprises du médicament, s'est fixé l'objectif de revaloriser ses relations de travail avec les professionnels de santé, au premier rang desquels il cite les pharmaciens. Parmi les... Commenter

Partenaires