Questions sur ordonnance - Monsieur François F., 26 ans
Formation thérapeutique du Pharmacien

Questions sur ordonnanceMonsieur François F., 26 ans

04.09.2017

C’est soudainement que Monsieur F., a observé des lésions éruptives sensibles, voire douloureuses, au niveau génital. Le médecin a confirmé un diagnostic dont il se doutait : il s’agit d’une récidive herpétique, faisant suite à une première poussée déclarée il y a trois années environ. C’est donc avec une ordonnance pour un traitement anti-herpétique systémique associé à un traitement antalgique qu’il se présente à l’officine.

  • Monsieur François F., 26 ans - 1

Quels sont les principes actifs ?

L'aciclovir, un analogue de la déoxyguanosine, n’est actif que sur quelques herpesviridae (HSV et virus de la varicelle-zona). Phosphorylé de façon spécifique par une thymidine kinase propre aux cellules infectées par le virus de l’herpès, il est d’une totale innocuité à l’égard des cellules non infectées. L’aciclovir monophosphate subit ensuite l’action des kinases cellulaires : le triphosphate d’aciclovir alors formé est un inhibiteur...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires