Cœur bioprothétique Carmat - Une année pleine de palpitations

Cœur bioprothétique Carmat Une année pleine de palpitations

05.01.2015

Après 25 ans de recherches menées dans le secret, l’aventure du cœur artificiel Carmat a traversé une année 2014 hyper-médiatisée, avec deux premiers essais humains encourageants, chahutés par des cocoricos et, parfois, des séquences de « French Bashing ». La bioprothèse inventée par le Pr Alain Carpentier devrait faire l’objet dès 2016 d’une première commercialisation. En Europe et aux Etats-Unis, plus de 100 000 insuffisants cardiaques terminaux non éligibles à la transplantation pourraient être concernés par cette prouesse technologique.

  • Ce prototype doit son existence à la rencontre du Pr Alain Carpentier, inventeur des valves...

FRUIT d’un quart de siècle de recherches, le cœur artificiel total conjugue autonomie, miniaturisation (il pèse 900 grammes) et adaptation à la condition et au rythme de vie du patient ; sa physiologie cardio-mimétique reproduit les battements à l’aide de quatre valves et de deux ventricules avec des membranes organiques bovines, chacun étant séparé en deux volumes, l’un pour le sang, l’autre pour le liquide d’actionnement ; le débit (jusqu’à 9 litres/minute) est assuré par deux micro...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Conseil d'Etat

Communication : le Conseil d’État desserre l'étau

Dans une étude rendue publique hier, le Conseil d’État préconise la suppression de l'interdiction de la publicité pour les professionnels de santé, y compris pour les pharmaciens, du code de la Santé publique. Il se déclare même... 1

Partenaires