Médicaments utilisés en thérapeutique ambulatoire - Bexsero, premier vaccin contre le méningocoque B

Médicaments utilisés en thérapeutique ambulatoireBexsero, premier vaccin contre le méningocoque B

06.06.2013

C’est le fruit de plus de 20 ans de recherche. Bexsero, premier vaccin contre le méningocoque B des Laboratoires Novartis a obtenu l’AMM européenne en janvier 2013. Il protège à 77 % (66 à 91 %, intervalle de confiance 95 %) de 800 souches pathogènes isolées en Europe. Le schéma vaccinal comporte trois injections espacées d’un mois au minimum, avec un rappel à 2 ans pour les nourrissons de moins de 6 mois, deux injections avec un rappel pour les enfants âgés de 6 à 23 mois et 2 injections pour les adolescents et adultes jeunes.

LA MULTIPLICITÉ des sérogroupes B circulants et la difficulté d’obtenir une immunogénicité étaient les principales raisons aux échecs des tentatives précédentes. La composition de la capsule polysaccharidique de la bactérie étant proche de celle des cellules humaines fait qu’elle ne peut pas être reconnue par le système immunitaire. Les chercheurs ont utilisé une technique de vaccinologie inverse afin de sélectionner les protéines susceptibles de provoquer la réaction immunitaire...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires