Surmortalité infantile dans les DOM - Des affections périnatales beaucoup plus fréquentes

Surmortalité infantile dans les DOMDes affections périnatales beaucoup plus fréquentes

17.09.2012

D’après une nouvelle étude de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) le taux de mortalité deux fois plus élevé enregistré dans les départements d’outre-mer par rapport à ceux de la métropole s’explique essentiellement par un important différentiel des décès durant la période périnatale.

ENTRE 2000 et 2008, le taux de décès avant l’âge de 1 an d’enfants nés vivants est demeuré deux fois plus élevé au sein des départements d’outre-mer (7,8 décès pour 1 000) qu’en France (3,8 pour 1 000) indique la DREES. C’est en Guyane que la mortalité infantile est la plus élevée (11,8 pour 1 000), loin devant la Martinique (7,2 pour 1?000) la Guadeloupe (7,1 pour 1 000) et la Réunion (6,8 pour 1 000). « Quel que soit le DOM, la mortalité infantile par affections de la période périnatale...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
hep C

Hépatite C chronique : les généralistes ont la main

La prescription de deux antiviraux à action directe (AAD) pour le traitement de l’hépatite C chronique est désormais ouverte aux médecins généralistes, comme prévu par le Plan priorité prévention. Jusqu’à présent réservés à... Commenter

Partenaires