Syndrome de Diogène - Mode de vie choisi ou maladie ?

Syndrome de DiogèneMode de vie choisi ou maladie ?

26.03.2012

Ils entassent les objets, ne jettent rien, pas même les détritus, vivent isolés, refusent toute aide. On les a dénommés, selon les époques et les pays « mendiants thésauriseurs », « social breakdown » et aujourd’hui « Diogène ». Maladie ou mode de vie choisi ? Le syndrome de Diogène n’en finit pas de poser question, sur sa définition même, son origine, l’opportunité de sa prise en charge, entre assistance à personne en danger et respect du libre choix.

  • Une relation extrême aux objets

C’EST EN 1975 qu’un gériatre, Clark, utilise pour la première fois dans un article de la revue « The Lancet », le terme de syndrome de Diogène, en référence au philosophe Diogène de Sinope, le plus célèbre représentant de l’école cynique, pour désigner ces personnes qui vivent dans des logements encombrés de tonnes d’objets et d’immondices. « Le socle commun des différents aspects de ce syndrome, explique le Dr Christine Chansiaux-Bucalo (gériatre, hôpital Bretonneau), est l’absence...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Automédication

La fin des marques ombrelles : un danger pour l'automédication ?

Pascal Brossard, vice-président de l’AFIPA, craint que la fin des marques ombrelles et la disparition des noms de fantaisie sur les emballages des médicaments d'automédication ne représentent des freins au développement de ce... 15

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.