Syndrome de Diogène - Mode de vie choisi ou maladie ?

Syndrome de DiogèneMode de vie choisi ou maladie ?

26.03.2012

Ils entassent les objets, ne jettent rien, pas même les détritus, vivent isolés, refusent toute aide. On les a dénommés, selon les époques et les pays « mendiants thésauriseurs », « social breakdown » et aujourd’hui « Diogène ». Maladie ou mode de vie choisi ? Le syndrome de Diogène n’en finit pas de poser question, sur sa définition même, son origine, l’opportunité de sa prise en charge, entre assistance à personne en danger et respect du libre choix.

  • Une relation extrême aux objets

C’EST EN 1975 qu’un gériatre, Clark, utilise pour la première fois dans un article de la revue « The Lancet », le terme de syndrome de Diogène, en référence au philosophe Diogène de Sinope, le plus célèbre représentant de l’école cynique, pour désigner ces personnes qui vivent dans des logements encombrés de tonnes d’objets et d’immondices. « Le socle commun des différents aspects de ce syndrome, explique le Dr Christine Chansiaux-Bucalo (gériatre, hôpital Bretonneau), est l’absence...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
baisse

ROSP générique : pour la FSPF, le compte n’y est pas

Les pharmaciens toucheront cette année en moyenne 2 213 euros de moins au titre de la ROSP générique. Un effondrement jugé inacceptable par la FSPF. Le paiement de la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) pour la... 5

Partenaires