Cuisine, chasse et politique - Jean-Bernard Portet, pharmacien malgré lui

Cuisine, chasse et politiqueJean-Bernard Portet, pharmacien malgré lui

12.01.2012

Chasseur par passion, maire par devoir, pharmacien par contrainte filiale, Jean-Bernard Portet pratique pourtant ces trois activités avec le même humanisme.

  • Élu, chasseur et gastronome, Jean-Bernard Portet est avant tout un pharmacien de comptoir

RAREMENT on aura vu un homme embrasser le cursus officinal avec si peu de vocation : « Je voulais devenir boucher ou cuisinier, explique Jean-Bernard Portet, pharmacien à Saint-Gaudens (Haute-Garonne). Mais, un jour, mon père m’a dit : " Tu feras ce que tu voudras quand tu auras ton diplôme de pharmacie ; je t’ai inscrit à la fac, tu commences tel jour… " À cette époque, on ne désobéissait pas à son père. »

Né de parents chirurgiens-dentistes à Toulouse, Jean-Bernard Portet est...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
PACES

À la Une Études de santé : la réforme décryptée Abonné

À la rentrée 2020, le numerus clausus ne sera plus. Pour adapter les compétences aux besoins actuels du système de santé, notamment, la PACES cédera sa place à deux parcours qui doivent également permettre à des profils plus diversifiés d'avoir accès aux études de santé. Si les syndicats étudiants saluent l'intention, ils appellent désormais les universités à jouer le jeu jusqu'au bout. Commenter

Partenaires