Eurocancer 2011 - Les officinaux peuvent améliorer l’efficacité des traitements

Eurocancer 2011Les officinaux peuvent améliorer l’efficacité des traitements

01.09.2011

Considéré avant 1980 comme une maladie locale susceptible d’être guérie par des traitements locaux, le cancer du sein est aujourd’hui essentiellement appréhendé comme une pathologie générale d’emblée. Les pharmaciens peuvent contribuer efficacement à l’optimisation des thérapeutiques engagées.

LES QUATRE PRINCIPALES armes contre le cancer du sein sont représentées par la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie et l’hormonothérapie, rappelle le Dr Anne-Sophie Hamy (Hôpital Saint-Louis, Paris). La stratégie thérapeutique dépend de l’histologie tumorale et du stade de développement. Alors que le traitement locorégional (chirurgie, radiothérapie) a pour but d’éviter la récidive locorégionale, le traitement général (chimiothérapie, thérapies ciblées, hormonothérapie) a...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
equilibre

À la Une Accord CNAM : compromis ou trahison ? Abonné

L'assurance-maladie et les syndicats de pharmaciens jouent les funambules dans les négociations conventionnelles qui viennent de se rouvrir. Car tout est affaire d'équilibre entre la CNAM, qui cherche à récupérer un « trop perçu » par les pharmaciens, et les syndicats aux intérêts divergents. Alors que la FSPF refuse tout compromis qui ne permettrait pas au réseau officinal de recouvrir son... 1

Partenaires