35 % des patients peuvent répondre positivement - Considérations réelles sur le placebo

35 % des patients peuvent répondre positivementConsidérations réelles sur le placebo

21.03.2010

Pendant de nombreuses années, le placebo a été défini par son contenu inerte et son utilisation en tant que témoin dans les études cliniques et en pratique courante. Il y a maintenant des preuves d’effet véritables qui lui sont attribuables et que ces effets sont robustes à la fois dans des tableaux cliniques et des études de laboratoire. L’effet placebo existe chez des malades, mais chez des volontaires sains aussi. Un effet exploitable en pratique et qui doit être exploré plus avant.

INITIALEMENT, la notion de placebo n’est attachée à rien de médical, mais elle est apparue dans un contexte religieux, d’un défaut de traduction de l’hébreu au latin par saint Jérôme, traducteur de la Bible, quand il a traduit le psaume 116. La phrase « Placebo domino in regione vivorum » est apparue, disant littéralement « Je plairai au Seigneur sur la terre des vivants » alors que l’hébreu mentionnait : « Je marcherai en présence du seigneur… » À partir du XIIIe siècle, le terme «...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires