Sirops antitussifs

Pas de pholcodine en temps de Covid-19

Par
Mélanie Maziere -
Publié le 24/04/2020

L’interaction médicamenteuse entre pholcodine et curares peut provoquer des réactions allergiques graves. Afin de réduire ce risque en cas d’évolution vers une forme grave de Covid-19 nécessitant l’admission en réanimation, la prescription, la dispensation et l’utilisation de pholcodine comme antitussif sont proscrites.

Une intéraction qui peut conduire à un choc anaphylactique

Une intéraction qui peut conduire à un choc anaphylactique
Crédit photo : BURGER/PHANIE

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) rappelle l’interaction entre la pholcodine, molécule utilisée dans certains sirops antitussifs, et les myorelaxants de type curares, essentiels dans les services d’anesthésie-réanimation, pouvant conduire à un choc anaphylactique. Alors que les cas graves de Covid-19 sont admis dans les services d’anesthésie-réanimation et se voient administrer des curares, l’ANSM recommande de ne pas prescrire de sirops contenant de la pholcodine, au cas où le patient évolue vers une forme grave de Covid-19.

Les sirops contenant de la pholcodine sont disponibles sur prescription médicale depuis 2011, en raison justement du potentiel risque allergique croisé avec les curares. Une étude observationnelle a été mise en place en France afin d’investiguer ce risque, dont les résultats sont attendus en fin d’année. L’ANSM recommande également aux patients de ne pas utiliser de médicaments à base de pholcodine en cas de toux, et plus généralement d’éviter de s’automédiquer devant tout symptôme évocateur du Covid-19. Les sirops à la pholcodine sont : Biocalyptol et Biocalyptol sans sucre (Zambon), Broncalène adultes et Broncalène enfants (Melisana), Dimétane sans sucre (Biocodex), Hexapneumine adultes et Hexapneumine enfants (Bouchara-Recordati), ainsi que Polery enfants (Pierre Fabre).

M. M.

Source : Le Quotidien du Pharmacien