Biosimilaires

Un succès à l’hôpital, à confirmer en ville  Abonné

Par
Denis Durand de Bousingen -
Publié le 26/11/2018
Quel serait l’impact d’un droit de substitution par les pharmaciens d’officine sur les biosimilaires ? L’augmentation rapide de leur prescription, nettement plus sensible à l’hôpital qu’en ville, permet de se poser la question.

En janvier 2016, Lilly et Boehringer Ingelheim commercialisaient ensemble le premier biosimilaire de l’insuline glargine, l’Abasalgar. Après des débuts qualifiés par Lilly de « difficiles », ce médicament représente aujourd’hui 15,5 % des prescriptions d’insuline glargine 100, avec toutefois une forte différence entre l’hôpital (46,1 % des prescriptions) et la ville (14,1 %).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte