Contrats d'amélioration des pratiques professionnelles

Objectifs génériques : les médecins aussi  Abonné

Publié le 18/07/2009
Des contrats d'amélioration des pratiques professionnelles (CAPI) pourront être signés dès le mois prochain entre l'assurance-maladie et des médecins volontaires. Ces derniers seront rémunérés pour atteindre divers objectifs de santé publique, mais aussi économiques, tels la prescription dans le champ du répertoire générique. Pour les syndicats de pharmaciens, l’impact économique de la mesure devrait être neutre. Ils craignent toutefois que les CAPI viennent troubler le jeu de la substitution générique.

Crédit photo : S. toubon

POUR LES MÉDECINS libéraux, c'est une petite révolution. Le texte instaurant le contrat d'amélioration des pratiques individuelles (CAPI) est paru au Journal officiel du 21 avril. Avec ce contrat, qui les lie individuellement à l'assurance maladie et qu'ils pourront signer dès le mois prochain, les praticiens s'engagent dans un système de rémunération à la performance. Un procédé qui existe déjà dans les pays anglo-saxons. Cet engagement volontaire porte sur des critères fixés après recommandations des autorités sanitaires.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte