Baisses de prix, déremboursements, TFR

L’officine à l’heure de la rigueur  Abonné

Publié le 05/01/2012
L’année 2011 a été marquée par une crise économique particulièrement dure qui s’est abattue sur l’Europe. La France n’est pas épargnée. Début novembre, le gouvernement décide de revoir à la baisse ses prévisions de croissance pour l’an prochain, les ramenant de 1,75 % à 1 % du produit intérieur brut (PIB). Les objectifs de dépenses d’assurance-maladie sont, du même coup, diminués. Avec, à la clé, un nouveau tour de vis sur le poste médicament.
Face à la crise, le Premier ministre a décidé d’un nouveau tour de vis sur les budgets sociaux

Face à la crise, le Premier ministre a décidé d’un nouveau tour de vis sur les budgets sociaux
Crédit photo : S TOUBON

DANS UN CONTEXTE de rigueur budgétaire, le gouvernement décide de ramener l’ONDAM* pour 2012 à 2,5 %, contre les 2,8 % envisagés dans un premier temps. Concrètement, François Fillon cherche à réaliser 500 millions d’euros d’économies supplémentaires sur le budget de l’assurance-maladie. Des économies qui viennent s’ajouter à celles prévues par le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2012 initial. Une mauvaise nouvelle pour l’officine dont la situation économique est déjà chancelante.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte