Contrefaçon médicamenteuse

L’Europe muscle son jeu  Abonné

Publié le 31/10/2011
Initiée par le Conseil de l’Europe, la convention dite Medicrime s’est ouverte à Moscou à la signature de 47 pays européens. Elle deviendra le premier traité international de lutte contre les médicaments et produits médicaux contrefaits.

Crédit photo : S. toubon

PRÉPARÉE depuis 2006, la convention Medicrime est d’abord un instrument juridique qui érige en infraction pénale la contrefaçon de produits pharmaceutiques et médicaux, ainsi que la diffusion de ces produits par tous canaux, en particulier Internet. Si certains pays, comme la France et ses principaux partenaires européens, disposent déjà de législations sur la contrefaçon, ce n’est pas encore le cas dans tous les pays d’Europe, et encore moins dans le reste du monde.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte