Âge, dose cumulée, histoire clinique…

Les réactions allergiques aux AINS sont plurifactorielles  Abonné

Par
Christine Nicolet -
Publié le 17/05/2018
Les antalgiques antipyrétiques et anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) représentent, après les anti-infectieux, la seconde cause d'hypersensibilité (HS) médicamenteuse et la première cause de réactions anaphylactiques graves induites par les médicaments.

Les réactions les plus fréquemment rapportées à ces médicaments sont des urticaires et/ou des œdèmes (du visage, tout particulièrement chez l'enfant). Les manifestations oculaires et respiratoires sont plus rares sauf chez les patients atteints de rhinite et/ou d'asthme. Les réactions anaphylactiques graves et les toxidermies sévères sont très rares (10 % des bilans d'HS médicamenteuse).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte