Trois ans après l’autorisation de vendre l’OTC en hypermarché

Les Italiens perdent le nord  Abonné

Publié le 03/12/2009
Supermarchés, parapharmacies ou pharmacies ? Depuis l’introduction, en juillet 2006, d’un décret-loi autorisant la distribution d’OTC dans les grandes surfaces, les Italiens ont perdu le nord. Pour certains, la libéralisation permet aux ménages d’économiser en se retournant vers les espaces dédiés à la vente d’OTC en hypermarchés, comme le prévoit le décret-loi Bersani. Pour d’autres, la libéralisation a poussé les pharmacies et les parapharmacies à mettre en place une contre-offensive en organisant ponctuellement des opérations promotionnelles sur certains produits également vendus en grande surface.
En Italie, les pharmaciescontre-attaquent à l'offensive des hypers

En Italie, les pharmaciescontre-attaquent à l'offensive des hypers
Crédit photo : DR

TROIS ANS après l’ouverture d’espaces consacrés à l’automédication dans les grandes chaînes comme Coop (qui applique des ristournes de 22,5 %) Leclerc-Conad (-25 à 30 %) ou encore Auchan, la situation est loin d’être claire. Du moins en ce qui concerne les prix. Les études publiées par deux instituts transalpins démontrent que les hypermarchés appliquent en moyenne une ristourne de 17 % sur les prix appliqués en pharmacie et de 13 % en parapharmacie. Les pharmaciens, en revanche, déclarent que tout dépend de la politique appliquée par chaque point de vente.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte