Recherche en galénique

Le deutérium, pour prolonger l’action des médicaments ?  Abonné

Par
Mélanie Maziere -
Publié le 09/11/2015
Un mécanisme d’action connu de longue date commence à voir de nouvelles applications dans le domaine des médicaments. Il permettrait aux traitements chroniques rapidement éliminés par le métabolisme de voir leurs effets prolongés. À la clé : moins de prises pour un résultat optimisé.

Le deutérium est un isotope naturel de l’hydrogène. Sa masse atomique est le double de celle de l’hydrogène car son noyau n’est pas composé d’un proton seul mais aussi d’un neutron. Conséquence chimique : les liens formés par le deutéron avec les atomes de carbone sont plus solides que ceux entre l’hydrogène et le carbone. Or, le plus souvent, le processus d’élimination mis en œuvre par le métabolisme consiste à casser les liens hydrogène-carbone. En remplaçant l’hydrogène par le deutéron, le métabolisme met donc plus de temps à casser le lien et donc à procéder à l’élimination.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte