Rougeole, coqueluche, hépatite B…

Le calendrier vaccinal des adolescents n’est pas suffisamment respecté  Abonné

Publié le 06/12/2010
La vaccination à l’adolescence est une étape importante dans la prévention des maladies infectieuses. Pourtant, à cet âge et, plus tard, chez l’adulte, les rappels et les rattrapages vaccinaux sont souvent négligés. Or ces deux populations contribuent à faire circuler de nombreux agents pathogènes ; il devient impératif d’améliorer leurs couvertures vaccinales malgré les freins existants et le suivi médical moins régulier.
Beaucoup trop d’adolescents et de jeunes adultes ne sont pas à jour de leurs vaccinations

Beaucoup trop d’adolescents et de jeunes adultes ne sont pas à jour de leurs vaccinations
Crédit photo : phanie

L’ENQUÊTE Vaccinoscopie, qui s’est déroulée en France à la fin 2009 pour la deuxième année consécutive, montre que si le suivi vaccinal est bien respecté dans la petite enfance, il se relâche à l’adolescence et à l’âge adulte. « La vaccination ne se limite pas à la petite enfance et on ne peut espérer obtenir un contrôle optimal des maladies infectieuses en France sans améliorer d’une manière globale la vaccination à tous les âges, prévient le Pr Joël Gaudelus (CHU Jean Verdier, Bondy).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte