Déplafonnement des remises

L’APR en appelle à la concertation  Abonné

Publié le 19/09/2013

La proposition de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) de supprimer le plafond de remises de 17 % sur les génériques provoque la colère de l’association de pharmacie rurale (APR). Son président, Albin Dumas, demande aux organisations professionnelles, pourtant réunies en intersyndicale, de bien vouloir prendre la parole de façon concertée. Surtout lorsqu’il s’agit de rémunération de l’officine.

ON LE SAIT, les pouvoirs publics ont les yeux rivés sur les montants des contrats de coopération commerciale accordés aux officinaux, en particulier par les génériqueurs. Pour eux, l’équation est simple : récupérer une bonne partie de ces sommes en baissant les prix des génériques. En effet, imaginent-ils, si les fabricants sont capables de verser de telles primes, c’est qu’ils ont la possibilité d’assumer de nouvelles réductions tarifaires.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte