Algérie, Tunisie, Maroc, Sénégal…

La pharmacie africaine cherche sa voie  Abonné

Par
Publié le 17/05/2018
Délivrances illicites, corruption, pratiques commerciales douteuses, ruptures de stock critiques… Au Maghreb, comme dans certains pays d'Afrique noire, la pharmacie d'officine est en souffrance depuis plusieurs années. À coups de grèves et de protestations, les officinaux expriment leur volonté farouche d'assainir la profession. Les instances sanitaires s'organisent.
tunisie

tunisie
Crédit photo : BURGER/PHANIE

Il y a un an, une trentaine de pharmaciens algériens soupçonnés d'irrégularités dans la délivrance de psychotropes étaient placés sous contrôle judiciaire. L'occasion pour le syndicat algérien des pharmaciens d'officine (SNAPO) d'appeler alors à un encadrement plus strict de ces médicaments. À elle seule, cette affaire résume assez bien le trouble dans lequel se trouve aujourd'hui la pharmacie algérienne qui, confrontée à une réglementation insuffisante ou mal adaptée, conduit certains professionnels au dérapage.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte