La rapamycine agit sur les cellules T mémoire

Des vaccins plus efficaces  Abonné

Publié le 25/06/2009
Découverte surprenante  : la rapamycine, un immunosuppresseur, stimule de façon paradoxale la génération des cellules TCD8, en améliorant, chez la souris et le singe, non seulement leur quantité, mais aussi leur qualité. Régulant la formation de la mémoire immune, elle offre une stratégie d’amélioration de l'efficacité des vaccins.

« NOUS AVONS découvert que la molécule intracellulaire mTOR (mammalian target of rapamycin) est un régulateur majeur de la différenciation des cellules T CD8 mémoire, explique au « Quotidien » le chercheur Koichi Araki (Atlanta, États-Unis). Le constat le plus surprenant de notre recherche est qu’un immunosuppresseur, la rapamycine, inhibiteur spécifique du mTOR a paradoxalement des effets immunostimulants. Le traitement par rapamycine améliore non seulement la quantité, mais aussi la qualité des cellules T CD8 de mémoire ». 

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte