Prescriptions

22 % de NS  Abonné

Publié le 07/06/2012

POUR le GEMME, la baisse du taux de substitution - qui est passé de 76 % fin 2008 à 67,7 % en mars dernier -, est en partie liée à l’usage « excessif » de la mention « non substituable » (NS) par les médecins. Selon une étude BVA réalisée à la demande de l’association de génériqueurs, les généralistes utiliseraient la mention NS pour 22 % de leurs prescriptions.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte