Prothèse de hanche

Les incidents mécaniques précoces augmentent le risque infectieux  Abonné

Par
Pr Charles Msika, membre de la Sofcot -
Publié le 15/03/2018
Une étude présentée au congrès de l’AAOS (American Academy of Orthopaedic Surgeons) qui s’est tenu à la Nouvelle Orleans (Louisiane) du 6 au 10 mars 2018 confirme le surrisque infectieux des ré-interventions précoces pour incident mécanique sur prothèse totale de hanche.
PROTHESE HANCHE

PROTHESE HANCHE
Crédit photo : S. TOUBON

On pouvait peut-être s’en douter : lorsqu’une ré-intervention pour incident mécanique sur prothèse totale de hanche s’avère nécessaire, le risque infectieux à distance n’est pas le même suivant que l’implantation est très récente ou l’est beaucoup moins.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte