Distribution

A-t-on encore besoin des grossistes-répartiteurs ?  Abonné

Publié le 15/04/2010
Selon une étude de Direct Medica présentée à Pharmagora, le pharmacien considère avant tout le grossiste-répartiteur comme un partenaire. Un rôle important à l’heure où se développent de nouveaux modèles de distribution.

L’APPEL D’OFFRES de Roche, dans le but de sélectionner un ou plusieurs grossistes-répartiteurs afin de distribuer ses médicaments, soulève toujours l’inquiétude. Une crainte ressentie à la fois par la répartition, les pharmaciens et la ministre de la Santé elle-même, qui a demandé à ses services une analyse fine de la situation. « La pratique des grossistes-répartiteurs ne doit pas être mise en danger par la mise en place de contrats de distribution sélective qui les empêcheraient de mener à bien leur mission de service public », a indiqué Roselyne Bachelot.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte