Une campagne pour promouvoir le générique de fentanyl

Substituer, yes you can  Abonné

Publié le 19/03/2009
Trois mois après son lancement, le taux de substitution de Fentanyl ratiopharm reste très faible. Après avoir analysé les raisons de la réticence des pharmaciens, le génériqueur monte une campagne d’information, avec l’appui de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France. Une première.

LANCÉ en novembre 2008, Fentanyl ratiopharm, premier dispositif transdermique à avoir obtenu le statut de générique, ne fait pas recette. Il stagne à des taux de substitution (autour de 10 à 15 %) très inférieurs au niveau habituel. Pour Hubert Olivier, P-DG de ratiopharm, pas de doute : la mise en garde de l’AFSSAPS, adressée en décembre dernier aux médecins et aux pharmaciens, a semé le doute dans l’esprit de la plupart des officinaux. Une enquête du laboratoire auprès de 2 800 officines confirme que 72 % des pharmaciens ne veulent pas substituer un tel médicament.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte