Non générique, non substituable  Abonné

Publié le 31/01/2011

Le droit de substitution ne s’applique pas aux médicaments biosimilaires. Le choix du médicament, biosimilaire ou spécialité de référence, revient au prescripteur. En revanche, l’intérêt du médicament biosimilaire reste son coût. Comme les génériques, les biosimilaires sont moins chers que les princeps, même si le traitement reste globalement onéreux par rapport à un médicament traditionnel.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte