Furosémide mal conditionné

L’indispensable vigilance du pharmacien  Abonné

Publié le 13/06/2013
Vendredi, l’ANSM retirait de la vente deux lots de furosémide Teva 40 mg après avoir découvert la substitution de plusieurs comprimés par des somnifères. Alors que plusieurs enquêtes sont en cours, après le décès d’un Marseillais de 91 ans, le rôle du pharmacien dans la pharmacovigilance est plus que jamais d’actualité.

C’EST UN PHARMACIEN de Saint-Brieuc, en Ille-et-Vilaine, qui a donné l’alerte. L’une de ses patientes s’est plainte d’une somnolence anormale. L’officinal a immédiatement contacté le fabricant. C’est grâce à lui que le laboratoire s’est rendu compte d’une erreur de conditionnement concernant les lots Y175 et Y176 de Furosémide Teva 40 mg. L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a procédé au rappel de ces lots vendredi après-midi. Le soir même, plus aucun n’était disponible en pharmacie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte