Les solutions d’un génériqueur  Abonné

Publié le 31/01/2011
Hubert Olivier, Président de Teva et Ratiopharm et Vice-Président chargé des Affaires réglementaires au GEMME, nous livre son analyse sur la situation actuelle de baisse du taux de substitution et les facteurs impliqués.
Hubert Olivier : " Les petites rotations sont parfois négligées »

Hubert Olivier : " Les petites rotations sont parfois négligées »
Crédit photo : dr

LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN.- Quel est habituellement le mode d’évolution faisant suite au lancement d’un nouveau générique ?

HUBERT OLIVIER.- Le schéma observé habituellement est un taux de substitution de l’ordre de 50 % à 6 mois et de 70 à 80 % à 12 mois. C’est ce qui a été observé, par exemple, pour un certain nombre de lancements en 2008 et 2009, concernant notamment la venlafaxine, le pantoprazole et l’indapamide.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte