Dérives de la concurrence entre princeps et génériques

Les premières sanctions tombent  Abonné

Publié le 16/05/2013
Saisie par un génériqueur, l’Autorité de la concurrence vient de sanctionner les pratiques commerciales d’un laboratoire producteur de princeps. Une première qui coûte cher. Sanofi est condamné à verser 40,6 millions d’euros pour avoir, selon l’administration, dénigré les génériques de Plavix.
L’Autorité de la concurrence condamne Sanofi à verser 40,6 millions d’euros pour avoir dénigré...

L’Autorité de la concurrence condamne Sanofi à verser 40,6 millions d’euros pour avoir dénigré...
Crédit photo : bsip

C’EST INÉDIT en France. L’Autorité de la concurrence a rendu mardi une décision exécutoire sanctionnant le laboratoire Sanofi. Le motif ? Avoir mis en place une stratégie de dénigrement à l’encontre des génériques du Plavix (clopidogrel). Le premier laboratoire français écope d’une amende de 40,6 millions d’euros et d’une injonction de publication dans deux revues professionnelles.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte