L’Agence du médicament tire le signal d’alarme

Les génériques du Subutex supportent mal le mésusage  Abonné

Publié le 16/05/2013
La Commission nationale des stupéfiants et des psychotropes de l’ANSM vient de tirer le signal d’alarme : l’usage détourné - injection des comprimés pilés - de la buprénorphine haut dosage provoque chez les patients des effets secondaires cutanés sévères et nombreux… Ces effets, observés surtout avec les génériques, amènent les experts à émettre un certain nombre de recommandations.
Dans le cas de la buprénorphine, c’est bien l’usage détourné qui pose problème

Dans le cas de la buprénorphine, c’est bien l’usage détourné qui pose problème
Crédit photo : GARO/PHANIE

DES EFFETS significativement différents entre un générique et son princeps, le constat n’est déjà pas banal. Car, rappelons-le, en dépit des campagnes répétées visant à discréditer les qualités des médicaments génériques, aucune étude sérieuse n’est encore venue disqualifier la version générique d’un médicament original.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte