Parcours de soins officinal

L’AFIPA veut créer le « réflexe pharmacien »  Abonné

Par
Mélanie Maziere -
Publié le 10/02/2020
Face à un marché de l’automédication en berne pour la 3e année consécutive, l’AFIPA veut développer le parcours de soins officinal pour améliorer l’accès aux soins tout en participant aux économies pour la Sécurité sociale. L’idée ? Surfer sur la confiance des Français pour leur pharmacien.

Le marché des médicaments sans ordonnance fait grise mine. En 2019, son chiffre d’affaires s’affiche à 2,08 milliards d’euros, en baisse de 4 %, après avoir chuté de 4,6 % en 2018 et de 3,7 % en 2017. Et pour la deuxième année consécutive, les segments des dispositifs médicaux non prescrits (+5,6 % à 643 millions d’euros) et des compléments alimentaires (+5,6 % à 988 millions d’euros) ne permettent pas au marché global du selfcare d’accéder à la croissance.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte