Le patron de Teva France s’explique sur l’affaire du furosémide

« La sécurité des patients a été notre obsession »  Abonné

Publié le 27/06/2013
Dans un entretien avec « le Quotidien », Érick Roche, président de Teva France, a accepté de s’expliquer sur l’affaire du furosémide. Selon lui, l’alerte déclenchée par un pharmacien de Saint-Malo était totalement justifiée et crédible. Dès lors, la priorité du laboratoire a été la sécurité des patients. Écartant l’erreur industrielle, suite à l’inspection de l’agence du médicament, il attend les conclusions du parquet de Paris pour tenter de comprendre l’origine de cette affaire, qui reste pour le moment mystérieuse.
Érick Roche : " Le témoignage d’un professionnel de santé a de la valeur »

Érick Roche : " Le témoignage d’un professionnel de santé a de la valeur »
Crédit photo : dr

LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN.- Combien de boîtes de furosémide 40 mg contenant des comprimés de zopiclone ont-elles été retrouvées à ce jour, en dehors de celle signalée par le pharmacien de Saint-Malo ?

ÉRICK ROCHE.- Aucune, sur les 5 870 boîtes contrôlées (chiffre arrêté au 21 juin au soir), représentant 176 000 comprimés.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte