Fiscalité des entreprises du médicament

La France de moins en moins attractive  Abonné

Publié le 07/11/2013
Le cabinet Landwell a actualisé, pour le LEEM, une étude européenne sur le poids de la fiscalité pesant sur les entreprises du médicament. La France demeure dernière du classement en termes d’attractivité fiscale, tandis que les grands compétiteurs européens consolident encore leur position, en développant une fiscalité plus incitative.

ALORS QUE le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2014 prévoit, pour la troisième année consécutive, un niveau record de prélèvements sur l’industrie du médicament (avec notamment l’accroissement de la taxation sur les ventes directes), la question de la pression fiscale exercée sur le secteur se pose avec une acuité toute particulière, constate le LEEM (Les entreprises du médicament), à la vue d’une étude récemment actualisée.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte