Les pertes de brevet des médicaments issus des biotechnologies s’accélère

Explosion annoncée du marché des biosimilaires  Abonné

Publié le 19/11/2009
Depuis le lancement du tout premier biosimilaire, en 2006, le succès - voir le jackpot - de ce nouveau marché est annoncé comme inéluctable. Car les chutes de brevet devraient pleuvoir à partir de 2012 et les économies attendues sur ces molécules sont colossales. Pourtant la ruée vers ce nouvel eldorado se fait pour le moment à petits pas.

« IL EXISTE deux types d’engagement sur le marché des biosimilaires. La version intégrée, telle que Sandoz ou ratiopharm, est l’entreprise qui a une filiale dédiée. Elle recherche, développe, produit et commercialise. L’autre modèle s’appuie sur des alliances entre des sociétés qui font la R & D et des grands acteurs pharmaceutiques, qui ont le savoir-faire et les moyens pour la production et la commercialisation.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte