Entente pour retarder l’arrivée d’un générique

Deux laboratoires lourdement sanctionnés par Bruxelles  Abonné

Publié le 16/12/2013

LA COMMISSION européenne a infligé une amende de 10,8 millions d’euros au laboratoire pharmaceutique américain Johnson & Johnson et 5,5 millions d’euros au suisse Novartis, soit un total de 16,3 millions d’euros, pour s’être entendus afin de retarder l’entrée sur le marché d’un médicament générique. En 2005, leurs filiales néerlandaises respectives avaient conclu un accord visant à retarder l’entrée sur le marché du fentanyl, que J & J commercialise depuis les années 1960.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte