Un débat de l’ACIP

Dessine-moi l’officine de demain  Abonné

Publié le 11/04/2011
Devant les membres de l’Association des cadres de l’industrie pharmaceutique (ACIP), trois éminents représentants de l’officine ont tenté de brosser le paysage officinal de demain. Soumise à un contexte économique défavorable et à la contraction du réseau, la pharmacie est contrainte d’évoluer, ont-ils expliqué. Comment? Notamment en saisissant les opportunités contenues dans la loi HPST et grâce au développement de nouveaux services.

FAIRE ÉVOLUER l’officine? L’idée ne fait pas peur à Isabelle Adenot. Au contraire, la présidente de l’Ordre national des pharmaciens s’en dit convaincue : « Dans un monde en perpétuelle évolution, si l’on n’évolue pas, on fait du surplace, voire on recule. » Contrainte d’évoluer, donc, la profession en a non seulement la volonté, mais aussi les moyens. Car, malgré un moral un peu en berne, le réseau ne manque ni de force ni d’atouts. Et l’ordinale de rappeler la capacité de la profession à s’adapter et à remporter les défis qui se présentent.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte