Pharmacologie critique

Des pistes pour améliorer la surveillance des médicaments  Abonné

Publié le 31/01/2011
À l’occasion de la remise des « Pilules d’or » 2011 par la revue « Prescrire », la pneumologue Irène Frachon a détaillé les arguments qui ont servi son combat contre le Mediator. Au-delà de la critique du système, le débat a permis de dessiner quelques pistes pour la réforme annoncée de l’évaluation des médicaments en France.
La sécurité des traitements mérite d’être améliorée

La sécurité des traitements mérite d’être améliorée
Crédit photo : S TOUBON

« JE NE SUIS PAS UN HÉROS, mais une personne révoltée », lance Irène Frachon lors d’une conférence-débat sur l’évaluation des progrès thérapeutiques organisée par la revue « Prescrire ». Cela fait plusieurs années que la pneumologue du CHU de Brest s’intéresse de près au Mediator. En 2007, elle rassemble les informations sur la molécule et les publie. « Il était compliqué d’avoir la formule exacte du Mediator, rapporte-t-elle. La firme affirmait que cette spécialité n’avait rien à voir avec l’Isoméride », interdit en 1997.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte