Partenariat au Mali pour les drépanocytaires

Combattre sur ses terres la première maladie génétique  Abonné

Publié le 07/12/2009
À l’initiative de la Fondation Pierre Fabre et en association avec le ministère français
Le Centre de Bamako : au Mali, de 5000 à 6000 malades ont besoin d'un suivi

Le Centre de Bamako : au Mali, de 5000 à 6000 malades ont besoin d'un suivi
Crédit photo : SIPA

LA NOUVELLE réalisation de la Fondation Pierre Fabre cible la maladie génétique la plus répandue dans le monde, dans un des pays où elle occasionne autant de douleur physique que de souffrance sociopsychologique. Au Mali, la prévalence du gène varie entre 4 % au Nord et 25 % au Sud. Chaque année, on estime entre 5 000 et 6 000 le nombre de drépanocytaires nécessitant un suivi médical structuré. « Comme pour le sida, note le Pr Gil Tchernia, les malades sont au Sud et les moyens de lutte sont au Nord.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte