Claude Castells* : « Nous subissons le rationnement que nous imposent les laboratoires »  Abonné

Publié le 14/06/2011
Claude Castells

Claude Castells
Crédit photo : dr

LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN. - Comment expliquez-vous l’augmentation du phénomène des ruptures d’approvisionnement en médicament dans les pharmacies ?

CLAUDE CASTELLS. - Les ruptures sont évidemment très regrettables pour les patients. Pour autant, gardons-nous de les présenter comme un phénomène habituel. Les ruptures restent marginales aujourd’hui. À la base, il existe pour les nouveaux produits, plus sensibles, des difficultés inhérentes à la production proprement dite.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte