L’association ReMed tire le signal d’alarme

Alerte aux détournements d’indication  Abonné

Publié le 11/05/2009
La consommation de médicaments (et de compléments alimentaires) augmente dans le monde pour diverses raisons, y compris non médicales. La recherche d’une amélioration des conditions physiques (dopage) ou mentales (psychostimulation) en est la principale motivation. L’association ReMeD fait le point sur le phénomène préoccupant des détournements d’indication, pour mieux y remédier.

Crédit photo : bsip

LES PROFESSIONNELS de santé le savent. Cytotec (Misoprostol), indiqué dans l’ulcère duodénal évolutif et l’ulcère gastrique évolutif, est très souvent utilisé, hors AMM, pour faciliter la dilatation du col utérin, mais aussi clandestinement pour provoquer un avortement. De même, les dermocorticoïdes, indiqués dans les dermatoses (eczéma, lichen, dermatose atopique, etc.), et utilisés hors AMM dans le phimosis, servent encore trop souvent à la dépigmentation cutanée.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte