Une campagne sur les douleurs neuropathiques

Aider les pharmaciens à faire parler la douleur  Abonné

Publié le 17/05/2010
Les douleurs neuropathiques sont mal connues, sous-estimées et sous-traitées, la pathologie devient rapidement chronique et 6,9 % des Français en souffrent sans le savoir. Le diagnostic est difficile avec des erreurs par excès ou par défaut, et le parcours de soins du malade douloureux est souvent chaotique, déprimant voire insupportable. Pour l’améliorer, Pfizer lance une campagne grand public dans les cabinets médicaux et les officines.
NEURONE...

NEURONE...
Crédit photo : BSIP

C’EST UN CONSTAT : de nombreux patients doivent consulter plus d’un médecin avant que leur douleur ne soit diagnostiquée et reconnue comme neuropathique. Pourquoi ? Parce qu’ils ne la décrivent pas comme une douleur. « Ils parlent plutôt de sensation de brûlure, d’une impression d’étau, de crocs, d’arrachement, et d’accès douloureux fulgurants (paroxystiques) à type de coups de poignard, de décharges électriques, associées à des sensations bizarres qu’ils éprouvent parfois pendant des années, constate le Dr Alain Serrie (Hôpital Lariboisière, Paris).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte