Atrophie génitale de la femme ménopausée

Un anneau vaginal à diffusion locale d'estrogène bientôt disponible  Abonné

Publié le 07/07/2016
La vulvovaginite atrophie (VVA) touche la plupart des femmes ménopausées. L'estrogénothérapie systémique ou locale est considérée comme le traitement le plus efficace mais l'observance n'est pas optimale. L'anneau vaginal Estring permet de compenser localement le déficit en estrogènes avec une bonne acceptabilité par les patientes.

Aujourd'hui, seule une minorité de femmes qui souffrent de VVA demande une aide médicale. Les symptômes restent difficiles à évoquer (sécheresse vaginale, irritation, dyspareunie, pertes anormales, douleurs, infections urinaires à répétition). L'atrophie vaginale est également l'un des principaux déterminants de la fonction sexuelle des femmes, elle peut être à l'origine d'une baisse de libido, d'une difficulté de la survenue de l'excitation ou d'une perte du plaisir sexuel.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte