Traitement antirétroviral  Abonné

Publié le 06/02/2017
Visant à réduire la morbidité et la mortalité liées à la progression de la maladie vers le stade de Sida, le traitement antirétroviral doit rendre et maintenir la charge virale indétectable (< 50 copies/mL en 6 à 12 mois selon le cas, pour limiter le risque d’émergence de résistance) et normaliser le statut immunitaire (CD4 > 500/mm3). Poursuivi indéfiniment en l’absence de solution curative, il réalise nécessairement un compromis entre efficacité, tolérance clinique et biologique (à court, moyen et long termes) et maintien de la qualité de vie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte