Poursuivre l’accompagnement, en attendant  Abonné

Par
Marie Bonte -
Publié le 07/05/2015

Pour les pharmaciens engagés dans le dépistage, il importe avant tout d’écrire l’histoire de la profession en la faisant évoluer vers davantage de services. L’annulation du Conseil d’État ne changera pas le cours de l’histoire. Stéphane Delouya, titulaire de la pharmacie centrale à Paris, en est convaincu. Parmi les premiers pharmaciens à « s’engouffrer » dans l’arrêté du 11 juin 2013 pour proposer test d’angine et dépistage du diabète, il a rangé momentanément son matériel pour se conformer à la loi. Les patients qui n’ont pas connaissance de l’interdiction en redemandent.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte