Assistants auditifs

Le tribunal tranche en faveur des pharmaciens  Abonné

Publié le 16/01/2014
Depuis trois ans, les audioprothésistes s’opposent à la vente en pharmacie d’appareils appelés assistants auditifs ou aides à l’écoute. Cet équipement préréglé conçu pour les gênes auditives rencontre un succès certain à l’image des lunettes-loupes. La titulaire attaquée par le syndicat des audioprothésistes (UNSAF) vient d’être acquittée, tandis que l’affaire qui oppose l’UNSAF à la société Sonalto, fabriquant du produit Octave, suit son cours.

C’EST LE SOULAGEMENT pour les officinaux qui ont choisi de distribuer l’aide à l’écoute Octave. Bien que tout ne soit pas encore réglé, l’acquittement de la pharmacienne qui vendait ce produit, et avait été attaquée par le syndicat national des audioprothésistes (UNSAF) devant le tribunal correctionnel de Versailles pour exercice illégal de la profession d’audioprothésiste, montre que les confrères peuvent s’engager dans cette voie sans craindre de mesures au pénal.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte