Des dispositifs médicaux très convoités

Le marché des tests de grossesse s’ouvre à la concurrence  Abonné

Publié le 20/11/2014

Ils ont gardé leur statut de dispositifs médicaux mais sont désormais disponibles dans la grande distribution… Les tests de grossesse en vente libre sont-ils les prémices d’une brèche bien plus importante dans le monopole pharmaceutique ? Les fabricants sont en alerte.

La vente de tests de grossesse nécessite un encadrement solide en termes d’information et d...

La vente de tests de grossesse nécessite un encadrement solide en termes d’information et d...
Crédit photo : phanie

Parts de marché des principaux leaders

Parts de marché des principaux leaders

IL Y A QUELQUES MOIS, en février dernier, le Parlement sonnait le glas du monopole pharmaceutique sur la vente des tests de grossesse et d’ovulation en adoptant le projet de loi Consommation porté par Benoît Hamon, alors ministre délégué à l’Économie sociale et solidaire. À peine la loi publiée (17 mars 2014), le groupe E. Leclerc annonçait le lancement d’un test de grossesse au prix d’un euro, défiant toute concurrence. Initiative à laquelle plusieurs officines avaient rétorqué en abaissant encore le prix de certains dispositifs qu’ils proposaient alors à 99 centimes d’euros !

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte