Dispositifs de traitement de l'incontinence urinaire

Appel à la vigilance de l'ANSM  Abonné

Par
Damien Coulomb -
Publié le 03/12/2018
L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) lance un appel aux professionnels de santé et aux patients, afin qu'ils déclarent les effets indésirables des dispositifs médicaux indiqués dans le traitement du prolapsus et de l’incontinence urinaire.
ANSM

ANSM
Crédit photo : phanie

Les dispositifs de traitement de l'incontinence urinaire, appelés « mesh », se présentant sous la forme de bandelettes et d’implants de renforts pelviens implantables, font actuellement l’objet de discussions dans plusieurs pays. Au Royaume-Uni, le gouvernement a demandé en juillet 2018 une restriction temporaire d’utilisation des implants de renfort pelvien par voie vaginale, dans l’attente de recommandations pour encadrer les pratiques chirurgicales.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte